Moun Dillon Douboutt’ #17 avec Alex Valère Magloire


Originaire du quartier Terres Sainville où il a vu le jour, Alex se dirige vers Dillon à partir de l’année 1975, quartier qui ne lui était pas inconnu.

Il fait ses petites classes à la Maîtrise, poursuit au Lycée Technique et obtient son diplôme à l’école des  Finances.

Bien armé, il travaille au Trésor Public jusqu’en 1972. Comme tout jeune homme de cette époque, il part faire son service militaire en Guyane. A son retour, il a l’opportunité d’intégrer le SICSM puis la SME, où il exercera 43 ans. Depuis le 1er Février 2016, Alex est au ministère du temps libre.

Coup de projecteur sur notre Sage!!!

Décris-toi en 3 mots ?

Discret, altruiste et respectueux.

Comment se sont déroulés tes débuts à Dillon Douboutt’?

Très bien. A mon arrivée à Dillon, Christian Mirande m’a fait part de son envie de créer une association. Ce jour-là, on était sous le bâtiment où se trouve le snack Dill Resto, si je me souviens bien. C’est une bande de copains qui a créée l’association dont  Philippe Baltase, Albert Adenet, Bellerose (Titus) et feu Christian Meslien…

A cette époque, il n’y avait pas que le hand à Dillon Douboutt’. Je me suis retrouvé à la présidence d’une équipe de football qui s’appelait l’Union pour un championnat de vacances. Les équipes portaient toutes des noms de grands clubs sud-américains. Les matchs ramenaient un nombreux public, c’était du haut niveau !!! (rires). 

Quel a été ton premier rôle dans l’association ? 

J’étais chargé de la vérification des comptes. Aujourd’hui je suis assesseur.Je fais également partie de la Commission Handball où je suis un des référents techniques.

As-tu été joueur de handball à Dillon Douboutt’ ?

Dans ma vie, j’ai fait un choix. Il y avait incompatibilité entre le sport et le monde de la nuit (Musique). J’ai malgré tout joué au football, au volley-ball et au basket-ball.

Dillon Douboutt’, une histoire d’amour ? 

Oui. Même si comme dans certains couples, il  y a des ruptures. Je suis allé à Floréal tout en gardant un œil sur Dillon Douboutt’. Je suis naturellement revenu à l’association.

Quels sont les événements qui t’ont marqués ? 

Aaah ! Tout le monde en parle, les vidés aux flambeaux, le carnaval, la course de karting. Je me revois placer des pneus dans des points sensiblement dangereux.

Le père noël en hélicoptère et le dernier père noël en calèche sont également des évènements inoubliables. Je ne cesserais de dire woulo bravo au nouveau comité et à son président, qui est très dynamique.

Que représente Dillon Douboutt’ pour toi ? 

Dillon Douboutt’ ! La famille avec un grand F.  Elle dégage beaucoup de chaleur et d’amour avec un grand A . 

Si tu devais convaincre quelqu’un de rejoindre l’association que lui dirais-tu? 

Si j’y suis, tu peux y être aussi. Il est agréable d’être à Dillon .

Un message pour la relève ?

Oui, que les jeunes s’investissent davantage dans l’association qu’ils se responsabilisent.Le président est encore jeune (rires), il a encore du temps à donner. 

Un mot de fin ? 

C’est dommage que la jeunesse ne sache pas profiter des outils qui sont mis à leurs dispositions. La vie associative apprend le vivre ensemble. C’est un frein à la jalousie et à l’hypocrisie. C’est également un outil de lutte contre les conduites addictives. Elle contribue donc à l’épanouissement de l’humain. 

Sur le plan sportif, je ne peux passer sous silence aussi bien la venue de Claudy Michalon qui a quitté l’USC Citron pour nous rejoindre que le dévouement de Joël Dumbardon pour l’association. 

Fermer le menu